Logo-blanc-site.png
Elément-site-web11.png

Juliette 

Douillard

Elément-site-web10.png

Restée à Lyon pendant le premier confinement, Juliette réalise les photos « Rêveries préfabriquées ». Se servant de sa chambre comme décor, elle voulait jouer avec la symétrie et la similarité des corps pour imager un combat intérieur, un étau, forgé par la standardisation. Par la suite, confinée chez sa famille, elle avait accès à un jardin. Elle a donc réalisé des sculptures de personnages pensifs, le regard ailleurs et à la tête creuse pour certains. Son but ? Signifier l’idée du vide et du plein. Sur cette même période, elle réalise « Refuge », qui reprend le thème des pensées. De retour à Lyon, elle photographie des amis masqués pour montrer la jeunesse libre mais bâillonnée. A la fin du confinement, elle lance le projet « Produit de consommation » pour dénoncer l’industrialisation omniprésente grâce à des corps nus, qui représentent des produits dépourvus d’identité.