LogoOfficielConfiture.png
Elément-site-web2.png

William

Hernandez

Elément-site-web11.png

Jeune étudiant colombien en cinéma, William s’est intéressé au projet pour la variété des visions artistiques qui ont vu le jour pendant le confinement. S’inspirant de La Séduction du Minotaure d’Anaïs Nin, ce triptyque de poésie raconte les différentes étapes du parcours de Liliane, qui doit faire face au labyrinthe que forment les expériences traumatiques au long de sa vie.

Triptyque de Lilian
/ Lilian à Golconda  

La terre  

L’air est plus lourd,  

Les sons deviennent des chansons qui perdurent  Sur la rivière en plein jour, 

C’est une chanson de nature  

Le vaisseau se rend à terre, 

Tout en ignorant, 

Les solitudes et les adultères, 

Qui demeurent dans ces nouveaux continents  

Golconda, une terre sauvage, 

Méconnue et dangereuse  

Transforme tout personnage  

En formes démoniaques et danseuses  

Ses rideaux et ses murs  

Qui partagent les murmures  

Des vies passées, nues, sans armures 

Une cité intérieure couverte de peinture  

Lilian retrouve des papillons, 

Indigènes de vocation, 

Qui se rapprochent plus de la condition humaine

Et oublient tout sentiment de haine ; 

Provoqués par son frère Astérion 

 
Elément-site-web14.png

« Quarantaine » : On essaye de trouver un sens à la solitude et une logique de la folie dans un espace de réflexion artistique. Le combat de l’artiste ? Donner une forme aux couleurs qui sont en lui.

« On n’a jamais été aussi libres » : traitant de la liberté individuelle comme espace d’exploration interne de l’individu, cette vidéo montre que les discours sur ce qu’est l’individu se forment via des formes visuelles et sonores.